Jean Miotte

You are here

Jean Miotte est né à Paris en 1926. Il est un des artistes « informels » de la première heure.

Ses premières œuvres datent de 1945. En 1958 le galeriste Jacques Dubourg de Paris le prend sous contrat. Sur ses cimaises, Miotte se trouve avec Nicolas de Staël, Sam Francis, Jean-Paul Riopelle et Joan Mitchell.

En 1961, Miotte reçoit le grand prix de la Ford-Foundation, ce qui lui donne accès à une bourse pour travailler aux USA. Il instaurera avec ce pays un rapport qui durera toute la vie.

Il partagera sa vie entre New York, Paris, le sud de la France et Fribourg.

Aujourd’hui les œuvres de cet artiste appartiennent aux collections des musées qui comptent en Europe, aux Etats Unis et en Asie. Ses œuvres ont été acquises, entre autres, par le Guggenheim Museum et le MoMA de New York, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, le Musée Ludwig de Cologne, la Croix-Rouge monégasque, la Collection de l’Opera National de Bastille à Paris, le Musée d’art moderne de Singapour.

En 1980 il a été le premier artiste occidental invité à exposer ses œuvres à Beijing après le régime de Mao.

Jean Miotte est connu pour sa capacité de libérer sur la toile une charge d’énergie par les couleurs et par son geste. Le geste de Miotte est totalement libre et spontané. Ses coups de pinceau courent sur la toile comme une chorégraphie dans l’espace, légers, vifs, dynamiques. L’œuvre de Miotte libère l’esprit: celui de l’artiste et celui du spectateur.

Energie pure, mouvement pur. “Le mouvement est ma vie” reconnait l’artiste.

L’expérience du vécu se reverse sur le tableau. Comme l’a très bien dit Hans-Dieter Sommer, le geste de Miotte reflète son âme et son  subconscient. 

Miotte dit que sa peinture est « le résultat de conflits intérieurs, […] une succession de moments aigus où la réalisation se fait en pleine tension spirituelle. La peinture n’est pas une spéculation de l’esprit ou de l’intellect, elle est un geste qu’on porte en soi ».

Ce qui introduit à la signification métaphysique de ses tableaux, qui font penser à la force créatrice de l’être humain, responsable exclusivement envers lui-même ; cette idée, développée à partir de l’existentialisme, est chez Miotte plus vivante que jamais.

Jean Miotte, artiste génail, ami cher, est allé rejoindre le paradis des artistes le 1er mars 2016.